Écologie

Écologie

Yourcenar, l'oeuvre au vert

Longtemps, l'écrivaine fut considérée comme une ermite inactuelle, recluse dans un humanisme passéiste. Ses écrits autobiographiques révèlent une pensée profondément environnementale, dans laquelle la singularité humaine se dissout.

Avant de parler d'écologie chez Marguerite Yourcenar, il faut commencer par arracher l'écorce trompeuse qui recouvre son oeuvre. Surtout que la gangue semble parfois épaisse tant la romancière a elle-même indifféremment - ou malicieusement - multiplié les gages de marginalité dans un XXe siècle prodigue en écoles et mouvements divers. Beaucoup interprètent cela comme un manque de sociabilité littéraire : pendant que les équipes s'affrontaient sur le terrain des grands débats du siècle, Marguerite Yourcenar se serait tenue à l'écart, préférant l'érudition poussiéreuse aux agitations de son époque.

Son choix de n'aborder que des sujets très doctes, depuis l'Antiquité à la Renaissance en passant par les philosophies orientales, semblait la vouer à un dédain pédant pour les affaires courantes de son temps. Et, comble de l'anachronisme dans une époque éprise d'avant-garde, Marguerite Yourcenar ne se contentait pas de ces influences classiques, elle les exposait dans une prose ell ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes