Donna Haraway États-Unis, 1944

Donna Haraway États-Unis, 1944

La cyberféministe apporte des réflexions clés sur le destin de la relation entre les hommes et les machines.

biologiste, philosophe, Donna Haraway se définit comme « postféministe de type cyber ». Dans son Manifeste cyborg de 1985, elle trace une analogie entre cet hybride humain-machine qu'est le cyborg et la manière dont la féminité est construite par les pratiques sociales et le discours scientifique. Elle a mené une critique des « savoirs situés » dépendant des genres, ainsi que de notre pseudo-objectivité, en montrant la différence entre les études sur les primates réalisées par des hommes et par des femmes. Son apport tient à ce que nous avons à réviser entièrement notre « ontologie » : avec la multiplication de nos artefacts, la frontière hommes/machines est devenue aussi incertaine qu'entre l'homme et l'animal. Elle a tiré de ses travaux une aura internationale, même dans la culture populaire. La série animée japonaise Ghost in the Shell en a ainsi fait un de ses personnages.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon