Don Juan, père et fils

Don Juan, père et fils

Qui donc a prétendu que la littérature érotique était ennuyeuse ? Cécile Philippe donne avec son dernier roman, Don Juan, père et fils , la preuve saisissante du contraire. En s'attaquant au chantre du libertinage, elle bouscule une à une toutes les idées reçues. Sous sa plume l'éternel séducteur mis à nu perd singulièrement de sa superbe. Tandis que la littérature érotique se découvre et révèle des appâts auxquels on ne s'attendait pas. L'humour n'est pas des moin-dres qui donne à ce roman sa tonalité particulière. Entre farce et tragédie, le Don Juan de Cécile Philippe est une quête des sens qui des plaisirs mène aux enfers.

La narratrice qui s'apprête à recevoir Don Juan n'a rien d'une Doña Elvire. Quelques années en plus et beaucoup d'illusions en moins. Aussi pense-t-elle réussir là où toutes les autres ont échoué. On ne se mesure pas impunément à un mythe. L'effrontée en fera la douloureuse expérience non sans avoir légué à la gent féminine ses secr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon