Dompteurs de muses

Dompteurs de muses

L'écrivain a toujours été très soucieux du jugement du peintre, dont il espère être l'alter ego. Les deux hommes, qui ont travaillé ensemble au théâtre, aimaient mettre en scène leur amitié.

C'est en décembre 1915 que Cocteau rencontre Picasso. D'abord sur la réserve, le peintre se laisse gagner par le brio et l'adulation de son cadet de huit ans, en mal de modernité. Collectant, à la fin de sa vie, ses textes sur l'artiste, Cocteau n'en intitule pas moins le recueil Picasso 1916-1961. Obsédé par la figure du cercle, qu'il associe au déterminisme, il permute les chiffres afin de sceller d'un cachet fatal sa relation avec Picasso. Cette façon de transcender les circonstances caractérise son amitié pour lui. Une visite à Picasso, en mars 1925, aurait précipité l'écriture inspirée du poème « L'ange Heurtebise ». Dans Le Testament d'Orphée (1960), Cocteau donne au peintre le rôle de spectateur à ses funérailles factices, l'entraîne dans la fiction de sa mort et de sa renaissance.

S'il croit vivre en fausse teinte, c'est qu'il a acquis, enfant, l'expérience de la mort avec le suicide de son géniteur. Dans cette configuration traumatique, Picasso acqu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine