Dieu est-il mort au Maroc ?

Dieu est-il mort au Maroc ?

Visite de la pensée nietzschéenne sous le prisme de la société marocaine, incapable d'envisager certains concepts qui la concernent pourtant directement.

L'annonce de la mort de Dieu est malaisée à comprendre pour le croyant musulman - c'est une impossibilité pour sa pensée. Pour lui qui se représente toujours son corps dans un lien direct avec la divinité, lire ou entendre quelqu'un traiter de la mort de Dieu est absolument absurde, tant l'existence divine est tenue pour évidente à même son corps vivant de croyant. Les images du monde - le corps humain y compris - sont toutes des signes renvoyant au principe théologique auquel elles doivent la possibilité d'être.

Devant une telle sensibilité, avec cette croyance acharnée, nourrie dès l'enfance, on a de la peine à concevoir quel serait l'écho spontané de l'annonce de la mort de Dieu. Les croyants musulmans comprendraient-ils cette mort en un sens athée ? Dans ce cas, nous serions tout de suite mal partis, puisqu'ils y verraient précisément ce « déni » qui stimule la rage et la raison de leur civilisation. Entendraient-ils dans ce signal de mort une menace pour leur Dieu suppos ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine