Didier da Silva

Didier da Silva

Mardi 17 mars 2015. Conversations avec Goethe

« Qui gagne autant ? : tout écrivain vraiment bon ! - Qui ne compte pas sur au moins 1 million de lecteurs, ne devrait même pas commencer à écrire » [affirma Goethe] [...]. Mais quand même, le contrer rapidement : « Avec ce flou qui vous est propre, vous avez omis d'ajouter la deuxième exigence préalable : dans le cas d'un "vraiment bon" écrivain, il faut que ce "1 million de lecteurs" se répartisse sur les cinq cents ans qui suivent la parution de son livre. Non moins que cette troisième : il faut que votre "million" se compose successivement des meilleurs de la nation ; et non pas d'enfants, de jeunes en uniforme, de vieilles peaux cacochymes et d'autres trous du cul. » (Pigé ? ! - Mon « ton » ne lui plaisait pas du tout ; on le voyait clairement : hé quoi, le sien non plus ne me convenait pas ! Pourtant je vous demande : qui de nous deux avait raison ?) Arno Schmidt

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes