Deux odyssées américaines du genre

Deux odyssées américaines du genre

Fille ? Garçon ? Ce n'est plus la question pour elles. L'une le raconte pour elle-même, l'autre pour son compagnon.

Deux livres superbement écrits, rayonnant d'humanité : ceux qu'interpellent la théorie queer et la question du décloisonnement entre sexe biologique et identité de genre trouveront ici matière à réfléchir, et à admirer. Car la progression de l'individu vers sa « zone de confort » demeure trop souvent encore un chemin de croix.

iO Tillett Wright, d'abord : photographe, acteur, activiste... Son enfance est un continent si ravagé et fascinant qu'écrire un livre dessus a toujours été « une possibilité ». Quand il en fait lire le premier chapitre à un ami agent littéraire, ce dernier succombe à l'évidence : « Tu es un écrivain ! » iO est bien plus que cela. Darling Days, qui chronique sa jeunesse irréelle et dantesque, révèle une âme pathologiquement honnête. Sa mère ? Une pythie sublime, fantasque et hurlante, face à laquelle « un tigre ne serait pas en position de force ». Dès ses premiers jours, la petite iO est amenée dans les clubs, des boîtes - propulsée da ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon