Deux Nobel pour un seul thème

Deux Nobel pour un seul thème

La discussion sur l'idée de bien(s) commun(s) n'a rien de marginal. Elle émane du coeur de la recherche et de l'enseignement économiques. Deux prestigieux universitaires s'y distinguent.

ELINOR OSTROM (1933-2012)

Lorsque le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, dit communément « Nobel d'économie », lui a été attribué en 2009, peu de gens la connaissaient au sein de la profession. D'origine pauvre, l'Américaine Elinor Ostrom a dû batailler pour faire ses études et s'imposer dans l'univers masculin de l'économie. Elle a effectué presque toute sa carrière académique à l'université - un peu décentrée mais réputée - de l'Indiana, aux États-Unis, et elle l'a menée de façon hétérodoxe. Si elle maîtrise les fondamentaux de la discipline, elle ne s'y est jamais cantonnée. Dans sa réflexion sur l'idée de bien commun, elle a intégré aussi bien des enquêtes de terrain que des considérations institutionnelles sur le statut de la propriété, des analyses psychologiques et des raisonnements d'ordre organisationnel et de gouvernance politique. Elle a conduit cette réflexion au sein d'un large groupe de recherche pluridi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes