Deux coeurs d'horlogers

Deux coeurs d'horlogers

« L'impossible est possible, neuf fois sur dix »... Telle cette rencontre entre Catherine, jeune femme du XXIe siècle, et un quinquagénaire, Henry, né deux siècles plus tôt. Ce qui les relie : la souffrance - l'absence d'un être aimé - et un intérêt marqué pour la mécanique. Deux destins qui se croisent, s'appellent et se répondent, après s'être rencontrés par le truchement d'un journal. Celui que tint le Britannique Henry Brandling, parti en Allemagne à la recherche d'un artisan capable de reconstruire le fameux « canard digérateur » de Vaucanson, reproduction mécanique du canard de nos bassins. Dans ce texte, Brandling retrace les aléas de son aventure extraordinaire. Catherine, restauratrice en horlogerie, retrouvera ce texte un siècle et demi plus tard, aux côtés de l'animal-machine. Que peut représenter ce journal pour la narratrice d'aujourd'hui, tout juste abandonnée par son amant, directeur du musée où elle travaille et seul compagnon de sa vie ? Une issue hors de son monde ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine