Australie, descente en flammes

Australie, descente en flammes

Dans deux textes implacables, l'écrivain australien fustige son gouvernement, responsable du « Tchernobyl » climatique que subit son pays. Un an plus tôt, il avait déjà poussé un cri d'alerte sur la catastrophe à venir.

Un suicide climatique

THE NEW YORK TIMES, 3 JANVIER 2020

L'Australie est aujourd'hui le Ground Zero de la catastrophe climatique. Sa célèbre Grande Barrière de Corail est en train de mourir, ses forêts tropicales classées au patrimoine mondial sont en flammes, ses forêts d'algues ont largement disparu, de nombreuses villes n'ont plus d'eau ou sont sur le point d'en manquer, et le vaste continent brûle à une échelle jamais observée.

Les images des feux s'apparentent à un croisement entre Mad Max et Le Dernier Rivage (1) : dans une épaisse brume orange, des milliers de personnes sont venues s'amasser sur les plages, pour former des tableaux presque moyenâgeux, entre Bruegel et Bosch, mêlant humains et animaux dans un silence étrange. Les visages des survivants, cernés par les flammes, sont occultés par des masques ou des lunettes de natation. Le jour se fait nuit à mesure que la fumée étouffe toute lumière, durant c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.