Volée de Bloy vert

Volée de Bloy vert

Léon Bloy

Chrétien dreyfusard en guerre contre les bondieusards, l’essayiste furibard est tout à son affaire pour massacrer les antiennes sournoises et convenues d’une bourgeoisie triomphante.

Après tout, il nous reste encore le droit de rêver. Rêver, par exemple, au sort qu’aurait réservé Léon Bloy (1846-1917), sublime furieux et styliste hors pair des belles lettres, à l’oxymore lancinant « catastrophe sanitaire ». Le premier ouvrage paru de Léon Bloy, chrétien primitif, massacreur de bourgeois et vomisseur de tièdes, annonçait la couleur : Propos d’un entrepreneur de démolitions. Mais l’auteur du Sang du pauvre fut aussi celui d’un roboratif vade-mecum, Exégèse des lieux communs. Son commerce est recommandé à tous, et en priorité à ceux aux yeux rivés sur un rédempteur « back to business ». Car soyons sérieux : « Les affaires sont les affaires. » Que donc en dit le bon Léon ? « De tous les Lieux Communs, ordinairement si respectables et si sévères, je pense que voici le plus grave, le plus auguste. C’est l’ombilic des Lieux Communs, la culminante parole du siècle. […] L’affaire du salut, les affaires spirituelles, les affaires d’honneur, les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes