Les poings sur les hanches

Les poings sur les hanches

Proust, Allais, Bernhard…

Qu’attendre de sa bibliothèque quand on est confiné ? Rien. Et c’est déjà beaucoup.

Nous avons faim, nous avons soif, la besogne s’est accumulée mais nous ne savons plus à quelle tâche employer nos membres déboussolés ; quant à notre pensée, elle n’est plus que divagations, spéculations, morne ressassement. Un réflexe ramène quelques-uns d’entre nous vers les livres. Certes, notre bibliothèque ne nous a jamais fait défaut. Même lorsque nous demeurons en repos dans une chambre, elle nous offre le divertissement des Pensées de Pascal. Non seulement le livre occupe l’esprit mais il donne aussi aux mains un peu d’ouvrage ; les écrivains furent nos compagnons les plus fiables dans la solitude et l’ennui du confinement.

Or cela est bien aimable sans doute d’orner nos chevets, mais nous sommes enfin sortis du lit et nous attendons autre chose des livres à présent. Les « fleurs nouvelles » dont nous rêvons trouveront-elles dans ces volumes, souvent bien fatigués eux-mêmes, « le mystique aliment qui ferait leur vigueur », pour reprendre les mots de Baudelaire ? Nous ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes