Des blancs qui en disent long

Des blancs qui en disent long

Pourquoi Carmen se soumet-elle finalement à José ? Et Célimène à Alceste ? C'est peut-être que ces grandes oeuvres cachent une violence tue par leurs auteurs.

c'est entendu, « Carmen sera toujours libre (1) ». Tellement libre qu'elle préfère mourir, tuée par don José, son amant, plutôt que renoncer à sa liberté chérie. Des esprits chagrins pourraient faire remarquer qu'il est des manières plus heureuses et surtout plus... libres d'être libre. Cette mort est fatale, tragique, inévitable. Carmen se soumet au destin, auquel elle ne peut échapper. Étrange liberté, mais c'est là toute la tragédie de Carmen : pour rester libre, elle doit mourir, elle n'a pas le choix.

Elle n'a pas le choix ? Je le croyais, moi aussi, jusqu'à tomber sur un curieux passage de la nouvelle de Mérimée, un de ces moments que l'on passe un peu vite pour arriver à la grande scène finale : don José, le poignard, la mort. Carmen, à ce point du récit, est pour le coup vraiment libre ; elle s'est libérée de son mari, Garcia dit le Borgne (Carmen est mariée chez Mérimée, mais passons), tué par José sur son insistante suggestion ; elle est am ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine