Des amourslong-courriers

Des amourslong-courriers

De beaux recueils donnent à lire les lettres d'amants illustres, qu'attisent la clandestinité et la distance. On plonge ainsi dans l'intimité d'une époque.

nous militons pour la paix des ménages et les joies simples de la conjugalité. Il n'empêche : les plus belles histoires d'amour, celles qui s'écrivent, ne pourraient s'épanouir dans la durée sans la contrainte des corps éloignés, sans les délices et les tourments de l'attente, encore moins sans les jeux infinis des amants jaloux de leurs secrets. Trois correspondances privées viennent valider ce constat : de Paul Claudel à Ysé (voir ci-contre), entre Albert Camus et Maria Casarès, et les 255 lettres de Philippe Sollers à Dominique Rolin. Les recueils sortent en une même salve chez Gallimard.

La correspondance amoureuse du passé est promise à un bel avenir. Ces romans vrais, frappés du double sceau de l'intime et du réel, ont une charge de séduction sans pareille. Directs, déliés, ils filent au vif et induisent la sensation d'approcher au plus près des sortilèges de plume. Lyriques, jetés à la va-vite ou longuement médités, naïfs ou bébêtes, lettres, aérogr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Jean Starobinski (© Gallimard)

Jean Starobinski
Hommage à ce grand théoricien de la littérature

Sondage IPSOS