DES « NONES »ENCORE TIMIDES

DES « NONES »ENCORE TIMIDES

Un quart des Américains se disent non croyants. Même s'ils sont plus visibles et organisés, ils inspirent toujours la méfiance.

Les Américains sont de plus en plus nombreux à se dire non croyants - 23 % de la population contre moins de 5 % il y a cinquante ans. Comment sont-ils perçus ?

Amandine Barb. - La perception des athées est historiquement très négative. D'un point de vue juridique, ils bénéficient des mêmes droits que les autres citoyens, et ils sont protégés par le 1er amendement, au même titre que les croyants. Mais les Américains sont très méfiants envers ceux qui disent ne pas croire en Dieu. C'est un groupe socialement stigmatisé : on les considère comme immoraux, potentiellement dangereux, asociaux, en marge de la communauté. Un candidat à une fonction politique qui se dirait athée aurait moins de chances d'y accéder qu'un musulman ou un homosexuel : les athées sont encore tout en bas de la liste. La stigmatisation est assez forte, même si, depuis quelques années, les non-croyants sont plus visibles et audibles dans la société américaine.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes