Demeure le corps,

Demeure le corps,

Né à Genève il y a 32 ans, Philippe Rahmy porte des chapeaux et fait de l'égyptologie. Il pleure, coule, se masturbe et meurt à petit feu constant, dans la peau et dans l'âme, de l'irrémédiable - la maladie des os de verre. L'auteur avait déjà entamé dans Mouvement par la fin 2005 - un premier livre - un « portrait de la douleur » qui lui fut « offerte au lieu de la vie » et qu'il « respire comme la mer ». Cette chronique est inapte à vouloir rendre ce que ses mots bouleversants lui permettent de survivance.

Demeure le corps, chant d'exécration poursuit le travail de l'écrivain. « Savoir que je me tue en chacun de mes mots parce que je n'ai d'autre moyen pour témoigner de ma bonne foi que de laisser ce corps en gage ; je ne fais aucune différence entre lui et ce que je souhaiterais écrire... » Le lecteur éprouve plus qu'il ne lit une poétique qui « mesure la résistance des chairs ». Elle est éprouvante mais nécessaire. Il peut offrir à lir ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes