Debord ou la diffraction du temps

Debord ou la diffraction du temps

Stéphane Zagdanski est connu pour l'ampleur de ses lectures, son enthousiasme pour l'art, sa passion intacte d'admirer ou d'en découdre selon qu'il croit avoir affaire à des génies ou à des abrutis - les uns n'allant pas sans les autres et ménageant toujours de savoureux contrastes. Aussi, ce quinzième opus s'avère parfaitement « zagdanskien ». Dans les thèmes - temps, stratégie, jeu, style, poésie, érotisme, souveraineté - qui contribuent à la définition du génie comme « virtuose du vrai » qui sied admirablement à Guy Debord 1931-1994, théoricien critique radical dont l'auteur radiographie ici et de manière kaléidoscopique l'impeccable pensée. Comme dans le style qui - avec ses rafales d'adjectifs antéposés et sa pulsion allitérative - propulse une vivacité aussi railleuse qu'empathique. Tentant un rapprochement fécond avec Heidegger, Zagdanski n'évite pourtant pas certaines confusions et des angles morts demeurent. Pourquoi taire l'énorme dette de Debord à l'égard de Dada et du su ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé