De tous les diables

De tous les diables

Le mal est nettement circonscrit chez l'écrivain, qui n'est pas pour autant manichéen : le mauvais oeil revêt des formes très diverses et peut affecter tout un chacun.

À 'origine du monde conçu par Tolkien, avant la création d'Arda et de la Terre du Milieu, le mal n'existe pas encore en tant que tel et n'apparaît que progressivement par le biais des agissements de l'ange Melkor, le plus doué des Ainur issus de la pensée d'Ilúvatar. Dans Le Silmarillion, jaloux de son Créateur, Melkor voudrait lui aussi être reconnu comme supérieur et pouvoir faire exister des choses de lui-même ; incapable d'atteindre ce but, il n'a de cesse de détruire les diverses créations et entreprises des Valar, engageant contre eux une lutte éternelle pour la possession et la domination d'Arda. Le mal selon Tolkien réside donc d'abord dans ce désir impie, dans cet hybris sacrilège qui amène un être à vouloir imiter voire remplacer son Créateur et à exercer sur les autres un pouvoir tyrannique : les propos de l'auteur permettent d'ailleurs, avec prudence néanmoins, d'établir un parallèle entre le Seigneur Ténébreux et certains tyrans de l'Histoire, dont Tol ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon