De Pontigny à Cerisy, cent ans de rencontres

De Pontigny à Cerisy, cent ans de rencontres

Depuis un siècle, une même lignée familiale perpétue un prestigieux cercle de réflexion et de débat, d'abord installé en Bourgogne, puis en Normandie.

Pontigny aurait pu rester le nom d'une ancienne abbaye bourguignonne si un certain Paul Desjardins 1859-1940, qui la racheta en 1906, n'en avait fait le cadre de rencontres intellectuelles demeurées mythiques : les décades de Pontigny. Chaque été, à partir de 1910 et jusqu'en 1939, les grands esprits de l'époque, français et européens, se sont retrouvés sur un thème choisi, chaque fois pour dix jours d'échange et de partage, dans cette retraite idéale. Professeur aux écoles normales de Saint-Cloud et de Sèvres, marqué par l'idéalisme humaniste du philosophe Jules Lagneau, Paul Desjardins est déjà le fondateur d'un groupe « militant et laïc » au service de la démocratie et de la paix, l'Union pour l'action morale, qui deviendra l'Union pour la vérité, lorsqu'il découvre le lieu et trouve les mécènes pour créer un cénacle à la hauteur de ses ambitions d'« éveilleur de conscience » André Billy. « Desjardins était rigoureux et adepte de la vie cénobitique ; il voyait ces rencontres comm ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.