De l'existence considérée comme une tauromachie

De l'existence considérée comme une tauromachie

Ce ne sont pas à proprement parler deux livres de tauromachie, mais des ouvrages construits en miroir : entre la vie et la corrida, entre le théâtre et l'arène. Deux écrivains explorent cet art sans oeuvre, chorégraphie à chaque fois inédite, hautement codifiée et rituelle. Après Hemingway, Bataille, García Lorca, Michel Leiris, Henry de Montherlant et bien d'autres, il s'agit d'en exploiter la force allégorique. L'essai de l'Écossaise Alison L. Kennedy débute cependant sans nulle métaphore sur le rebord d'une fenêtre, au bord de la mort : l'écrivain évoque dans des pages tragi-comiques d'une rare intensité son suicide raté, interrompu par le bourdonnement lointain d'une chanson folklorique gaélique, qui l'oblige, pour échapper au ridicule, à ne pas sauter. Répondant à une commande, l'auteur de Volupté singulière quitte l'Écosse pour l'Espagne, et entreprend de décrire une pratique qu'elle ignore : la corrida. Elle traverse le pays, lit ouvrages historiques et techniques, multipli ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine