De bouche à oreille

De bouche à oreille

Natalia Ginsburg

Le meilleur moyen de regarder en soi est de tourner les yeux vers l'extérieur, écrit l'autrice des Mots de la tribu. Car, du silence, il finira bien par sortir des murmures, puis des paroles.

Le titre de ce recueil évoque à lui seul la manière humble et exigeante de la grande Natalia Ginzburg, dont la vertu première est sans doute son regard incroyablement clair, intelligent sans jamais être sentencieux, panoramique et précis. La notion de point de vue se traduit chez elle par la capacité de voir à 360°, et aussi à l'intérieur d'elle-même, avec l'acuité de celle qui ne cherche pas dans le réel la confirmation de ce qu'elle pense mais la matière brute, vivante, intrigante, de ce qu'elle écrit et pense.

Dans l'ébranlement historique que nous traversons, dans la nécessité de trouver des points d'appui pour parvenir à distinguer ce qui s'est dérobé, ce qui a surgi, ce vers quoi nous voudrions aller, ces textes, rassemblés pour la première fois en 1962 et vers lesquels je retourne régulièrement, m'apparaissent comme la possibilité de cheminer avec une écrivaine qui éclaire autant les effets de l'histoire sur les vies individuelles que l'acte d'écrire. À travers ces on ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes