David Graeber États-Unis, 1961

David Graeber États-Unis, 1961

Une des figures de proue d'Occupy Wall Street en 2011, l'anthropologue de l'économie fait un travail critique décisifsur la nature cachée de notre système.

le capitalisme s'est toujours pensé comme rationnel, l'application froide d'une logique marchande, dans laquelle les échanges seraient eux-mêmes porteurs de rationalité. Depuis le tournant des années 2000, les recherches de David Graeber n'ont cessé de démythifier ces fausses évidences. Alternant les pavés universitaires d'une ambition démesurée (Dette : 5 000 ans d'histoire, en 2011) et les petits articles au succès immédiat (Bullshit jobs, 2018), l'anthropologue et activiste américain, qu'on crédite du slogan « Nous sommes les 99 % » du mouvement Occupy Wall Street en 2011, devenu aujourd'hui un des professeurs les plus en vue de la London School of Economics (LSE), a montré que les prétendues déterminations d'une pure rationalité économique - la dette, le salariat, la loi du marché... - sont des phénomènes pétris de représentations symboliques. Pour le dire plus crûment, ce sont des mensonges destinés à faire exister, en faveur d'une classe dominante, l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon