D'Asperger à Heidegger

D'Asperger à Heidegger

On dirait un de ces volumes du rayon « développement personnel » qui encombrent les librairies. Effet trompeur. L'essai de Josef Schovanec n'est pas un manuel de savoir-vivre, mais un ouvrage savant, rédigé dans une langue chatoyante et inventive, un manifeste pour l'altérité, une charge contre la standardisation des modes de vie, nourrie d'expériences, de voyages et d'une somme sidérante de connaissances.

Josef Schovanec est un autiste, atteint du syndrome d'Asperger, qui n'a commencé à parler qu'à l'âge de 6 ans. Après un début de scolarité désastreux où son comportement étrange lui vaut les quolibets et les coups de ses condisciples, le lycée lui ouvre, par le truchement des mathématiques où il excelle, les portes d'un parcours universitaire brillantissime. Il passe son bac à 17 ans, est reçu à Science po-Paris, étudie les sciences sociales à l'EHESS, la philosophie en Allemagne, où il consacre sa thèse à Heidegger. Malgré un débit monocorde, il parle couramment le frança ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine