Dark web

Dark web

À travers les déboires d'une internaute, une vision pessimiste et informée sur la toxicité du Net.

« D'anciens cadres de Facebook expriment leurs remords d'avoir contribué à son succès. » Ce sujet du Monde aurait pu faire l'objet d'une des digressions du roman de Jarett Kobek, I Hate Internet. Sauf que l'écrivain américain l'aurait certainement tourné en dérision. Comme l'indique son titre, ce livre adopte un ton satirique et une intrigue romanesque pour décrire la société contemporaine, otage du Net. C'est ainsi qu'Adeline, auteur d'une célèbre BD, se fait harceler et durement menacer sur les réseaux sociaux pour avoir publiquement critiqué Beyoncé. Elle ouvre alors un compte Twitter, s'amuse à provoquer les internautes et devient le bouc émissaire de cette « société qui déteste les femmes ».

À travers le parcours d'Adeline et des personnages qui l'environnent, Jarett Kobek dresse le portrait de l'histoire contemporaine en expliquant, dans le détail et avec un ton encyclopédique qui gonfle l'ironie latente du roman, ses grands événements et les principa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes