De rien ni personne

De rien ni personne

Fils d'un parfait salaud et d'une mère rasant les murs, Rosario est un romantique à l'âme de justicier. Ce Palermitain de 15 ans, féru de mythologie, tente de protéger sa mère et s'indigne de l'« avortement urbain » qu'est le quartier de Brancaccio, où des chiens sont torturés sous ses yeux et où la pauvreté est donnée en spectacle aux touristes. Certaines scènes de rue, plus ou moins réalistes, traduisent une réelle colère. À l'école, l'ado se découvre un don pour le ballon rond. Plongeons maîtrisés, contrôle de la balle, domptage d'émotions parasites... Dépeignant avec application la prouesse sportive, Dario Levantino rappelle que « le football est un langage avec ses poètes et ses prosateurs », comme disait Pasolini. Loin d'idéaliser ce milieu, il n'en omet pas la saleté : dopages, règlements de comptes... Au club du Virtus Brancaccio, notre narrateur révolté s'éprend d'une jeune « inadaptée » qui lit dans les gradins. L'occasion, sous la coque d'un bateau à Porta Felice, de brèv ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes