Dans l'intimité du monstre sacré

Dans l'intimité du monstre sacré

En avant-première, les extraits d'un plantureux dictionnaire où Claude Schopp ausculte l'homme et son oeuvre en 1 300 entrées.

Cuisine

Dans sa « Causerie culinaire », imprimée dans Le Monte-Cristo du 20 mai 1858 et reprise dans Propos d'art et de cuisine, Dumas explique son goût pour la cuisine, goût hérité de sa mère, fille d'un maître d'hôtel du duc d'Orléans, Claude Labouret [...]. « Mon goût de la cuisine, comme celui de la poésie, me vient du ciel. L'un était destiné à me ruiner - le goût de la poésie, bien entendu -, l'autre à m'enrichir, car je ne renonce pas à être riche un jour. » Ses goûts sont assez simples et il ne met rien au-dessus du « boeuf bouilli de la veille et réchauffé sur le gril ». Il aime par-dessus tout faire la cuisine pour ses amis. Parmi ses spécialités, la matelote de carpes, le méchoui qu'il a appris à faire en Afrique du Nord, le lapin cuit dans sa peau, le macaroni il reprend la recette napolitaine d'Adélaide Ristori, la pieuvre frite ou au gratin, le risotto, et la bouillabaisse. À chaque fois qu'il se rend à Marseille, il tient à montrer son ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article