Dans les tréfonds de la globalisation

Dans les tréfonds de la globalisation

La corruption sous-jacente de l'ordre officiel est la question fondatrice du roman noir. Aujourd'hui, il est le seul à évoquer la collusion entre élites et pègres à l'échelle de la planète.

Le roman noir est en grande forme, merci. À la mesure de la crise ambiante, dont il est un chroniqueur. Le genre nous a donné, ces dernières années, quelques grands livres. J'en prends quatre. Je ne cherche pas à être exhaustive, et je ne suis pas critique littéraire : c'est un choix purement subjectif.

La Griffe du chien, de Don Winslow d'abord. Un gros livre, vingt-cinq ans de guerre à la drogue menée par les Américains, la DEA, sur le territoire du Mexique, le lecteur n'a pas un instant de répit, et, à l'arrivée, l'État mexicain est détruit, le nord du Mexique ravagé par la violence et sous contrôle des narcos, la guerre contre la drogue bel et bien perdue.

Romanzo criminale, de Giancarlo De Cataldo, dix à quinze ans d'histoire de l'Italie, des années de plomb aux années 1990, vues à travers la formation d'une bande de délinquants romains, son ascension, ses liens avec la mafia, les services secrets, la loge P2, les hommes politiques, puis son expl ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes