Dans le scriptorium

Dans le scriptorium

Paul Auster vécut plusieurs mois, en 1979, au 6 Varick Street à New York, dans une chambre minuscule. C'est là qu'il y écrivit la plus grande partie de L'Invention de la solitude, faisant de cette expérience « carcérale » un des événements fondateurs de son existence. On connaît par ailleurs l'admiration qu'il porte à Nathaniel Hawthorne, lequel « s'est enfoncé dans sa chambre et n'en est pas sorti pendant douze ans » ; tout comme l'importance qu'il accorde à La Chambre, la célèbre toile de Van Gogh ; sans parler du titre du troisième volume de la Trilogie new-yorkaise, The locked Room, qui aurait dû s'appeler en français « La Chambre close ». La chambre, thème fondamental chez Paul Auster, plus qu'une image de la solitude en est la substance même. Rien d'étonnant donc à ce qu'on le retrouve comme sujet majeur du Scriptorium, roman initiatique où un homme vieillissant tente de comprendre les raisons pour lesquelles il s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes