Dans l'Angleterre des années 1950, des hommes en colère

Dans l'Angleterre des années 1950, des hommes en colère

À la fin des années 1950, la presse britannique promeut l'expression d'Angry Young Men (« jeunes gens en colère ») pour désigner des écrivains venus réveiller la société anglaise en critiquant la vie « bourgeoise » et en lui apportant la vision du monde d'une classe ouvrière jusqu'alors absente ou marginalisée. Parmi eux, des romanciers : Alan Sillitoe, Kingsley Amis (le père de Martin), William Cooper, des dramaturges : John Osborne, Harold Pinter, Edward Bond, Arnold Wesker, un poète, Philip Larkin, et quelques philosophes se disant « existentialistes » comme Colin Wilson.

C'est la pièce d'Osborne Look Back in Anger (La Paix du dimanche, 1956) qui sera le déclencheur du mouvement. L'histoire met en présence, dans un appartement, un couple et un ami questionnant leur statut social dans une société qu'ils jugent décevante et sans promesse. Les Anglais parlent d'un « théâtre d'évier de cuisine », car les personnages d'Osborne s'expriment comme dans la vie d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon