Dans l'ère du temps

Dans l'ère du temps

L'unité de la philosophie mondiale ne réside pas dans les propositions des philosophes, dispersées et contradictoires, mais dans la récurrence des questions qu'elle ouvre.

Quand on s'enquiert de ce qui pourrait constituer l'unité d'un moment d'une société, d'une civilisation ou du « monde », le principal outil conceptuel auquel on peut penser avoir recours est celui d'« esprit du temps » (Zeitgeist). L'expression vient de Hegel, quoique ce dernier ait surtout parlé d'« esprit du monde » et des esprits des divers « peuples » qui le composent. L'idée de Zeitgeist (le terme est passé aux États-Unis dans le langage courant) a une pertinence indéniable dans les modes de vie, qui se diffusent largement dans des sociétés par ailleurs diverses en une époque donnée. Il semble pourtant difficile de l'appliquer tel quel au champ des idées et des philosophies, ces dernières étant fragmentées en « courants » aux présupposés différents sinon irréductibles les uns aux autres. Il y a toujours eu, en ce domaine - et il y en a de plus en plus -, des « paradigmes », des principes d'approche des problèmes philosophiques singuliers, qui battent en brèche ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé