Dada et le surréalisme entre révolte et révolution

Dada et le surréalisme entre révolte et révolution

La révolte originelle de Breton, de ses premiers amis dadaïstes et des surréalistes les plus virulents Cravan, Vaché, Rigaut est viscérale. Ses armes sont multiples : l'amour fou, l'érotisme, la folie. Entre la révolte individuelle et le projet collectif de révolution, histoire du projet surréaliste.

Fortement impliqué dans l'entre-deux guerres, le Surréalisme fut précédé par le Cubisme et le Futurisme, mais surtout par Dada avec lequel il rompt au lendemain de l'échec du « Congrès pour l'établissement et les directives de l'esprit moderne » en janvier 1922. Dada n'avait pas été pour Breton et ses amis qu'un « état d'esprit » Les Pas perdus . Ils y avaient participé, mais il leur fallait désormais dépasser le mouvement et l'état d'anarchisme permanent que tentait de prolonger artificiellement Tristan Tzara. Les liens qui semblent unir, dans le Rrose Sélavy et le Marcélavy de Desnos et Duchamp, le Surréalisme à Dada sont illusoires : l'antagonisme entre les deux états d'esprit est réel. La métaphore de Breton affirmant que le Surréalisme succède à Dada « comme une vague vient recouvrir une vague » n'est pas plus exacte que l'analyse de L. Molinaro soutenant, dès 1939, que le Surréalisme avait profité de Dada plus qu'il n'en était sorti.

Né des dé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé