DÉSARROIS D'ORPHELIN

DÉSARROIS D'ORPHELIN

Après la perte de ses parents, Jules grandit mal et seul. Entre déterminisme et imprévu, l'histoire d'une vocation d'écrivain.

La narration commence sur les chapeaux de roues : à 10 ans, Jules perd ses parents dans un accident de voiture et se retrouve placé dans un internat austère avec son frère et sa soeur aînés Marty et Liz. D'abord d'un naturel confiant, Jules se renferme sur lui-même, et sa croissance s'interrompt. Liz, écorchée vive, devient rebelle et populaire, alors que Marty, sorte de geek collectionnant les cadavres d'insectes, atteint le mètre quatre-vingt-dix et finit lui aussi par se sociabiliser. Lorsque Jules, devenu préadolescent, rencontre Alva, le récit prend une autre dimension. Les deux timides se tournent autour, se flairent, la tension monte, mais rien ne se passe. Les années filent, ils deviennent meilleurs amis. Pas ce que Jules aurait souhaité...

Cette incompréhension affective, qui devient le socle de la vocation d'écrivain de Jules, est-elle vouée à s'éterniser ? Les événements se répètent : c'est le leitmotiv de La Fin de la solitude, qui, pour le dire, s'étend ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes