Démarche d'un poète

Démarche d'un poète

Sur Picasso

Le cubisme a été le classicisme s'opposant au romantisme des Fauves En 1953, Picasso, dans Guerre et paix, a marié le lyrisme et le calme, Le Bain turc d'Ingres et L'Entrée des croisés à Constantinople de Delacroix.

Qu'a-t-il fait ce Picasso pour déranger les jeunes peintres ? Il s'est imposé comme un dogme que le bien fait dénoncerait une recherche d'esthétique, une inélégance de l'esprit. Ainsi ouvre-t-il une fausse porte aux paresseux qui ne le gênent pas et la ferme-t-il à ses contradicteurs qu'on prendra pour esthètes et retardataires. Car il referme toutes les portes qu'il ouvre. Le suivre c'est se cogner. Peindre sur la porte c'est être accusé de platitude.

Une figure mal faite de Picasso résulte d'innombrables figures bien faites qu'il efface, corrige, recouvre et qui ne lui servent que de base. À l'encontre de toutes les écoles il semble achever son travail par une ébauche. Son entrepris ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon