Délires sylvestres

Délires sylvestres

Les hasards de l'édition font naître des rencontres agréables. Ce mois, deux romans, l'un américain, l'autre français, s'attaquent à un thème aux variations très riches, peu fréquemment abordé par la S.F. : de la forêt considérée comme une entité vivante et protéiforme. Greg Bear, 46 ans, auteur de premier plan, nous livre un touffu roman de près de 500 pages, Héritage . Laurent Genefort, 28 ans, écrivain marqué dans les gazettes spécialisées du sigle de « prometteur » depuis bientôt huit ans, signe ici son seizième roman, Le Sang des immortels .

C'est peu dire que deux cents pages de moins auraient agréablement allégé Héritage . Un prologue fort inutile nous renseigne sur les conflits qui s'exercent entre nadéristes et geshels sur un astéroïde destiné à explorer le cosmos. Il semble que les uns raffolent de l'hypertechnologie, les autres s'insurgent contre son emprise. Cet affrontement a poussé jadis un certain Lenk à ém ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé