Délires lituaniens

Délires lituaniens

Dans une Vilnius fantomatique, un bibliothécaire, autrefois torturé au goulag, croit le monde régi par des démons invisibles. Est-il un dément ou un prophète ? Composé à la fin de l'empire soviétique par un écrivain disparu en 2002, un roman monstre enfin traduit en français.

Tel Diogène le Cynique arpentant la Grèce en quête d'un homme, Vytautas Vargalys erre dans le brouillard d'une Vilnius limbique, agitant sa crécelle et haranguant les foules alentour : « Y a-t-il une âme qui vive ? » Après neuf ans de goulag, Vytautas est tel un comateux sorti du sommeil : autour de lui, le monde a changé et il ne reconnaît rien. À moins que la détention, le travail forcé et les sévices aient brisé en lui un mur : celui qui le protégeait de ses propres démons, lesquels se mettent à envahir le décor. Vytautas est-il un fou ou un prophète ? « Une quête véritable est forcément diabolique, et les grandes découvertes se font toujours dans l'imminence de la folie. Je ne regrette pas de m'être retrouvé dans le caniveau. Comme je ne regrette pas de m'être retrouvé dans les camps. Je devais traverser tous les cercles de l'Enfer pour pouvoir, une fois au fond, découvrir l'essentiel : découvrir Leurs traces. »

Leurs, ce sont les « kanuk'aï », ces buveurs de fiel et dév ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes