Déjà-vu et futur antérieur

Déjà-vu et futur antérieur

Pour l'écrivain, les souvenirs d'oeuvres d'art s'interposent toujours entre nous et notre existence, influant sur notre avenir, mais aussi sur la façon dont nous nous figurons notre passé.

Les oeuvres d'art qui comptent pour nous sont souvent en avance sur notre propre vie, car elles déposent en nous des formes, des mots et des images qui, comme autant de filets, se préparent à capturer des pans entiers de notre expérience future. Elles creusent ainsi le temps et l'imagination, et exercent une force qui leur est tout à fait propre. Tout se passe comme si nous devions ensuite rejoindre ces oeuvres et prouver par les événements de notre propre vie leur vérité, leur justesse, leur force prophétique - ce que Baudelaire appelait leur « infaillibilité ».

Les oeuvres précèdent chez Proust la vie, la vie rejoint les oeuvres. Qu'est-ce à dire ? On pourrait évidemment sourire de ce sentiment d'une antécédence esthétique et accuser les personnages, ou leur auteur, d'obscurcir leur expérience ou leur attention lorsqu'ils perçoivent les choses à travers un ensemble d'« épaisseurs d'art », comme s'y risquait la grand-mère lorsqu'elle offrait à son petit-fils, en guise d'intr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes