Débat miné

Débat miné

Le progressisme a longtemps caboté entre « doux commerce » et émancipation sociale. Un compromis désormais clivant.

Pendant longtemps, la gauche fut identifiée comme le camp progressiste. Les philosophes des Lumières, qui peuvent être considérés comme ses ancêtres, préféraient parler « des » progrès au pluriel : au XVIIIe siècle, ils interrogèrent les rapports entre progrès matériels (développement du commerce, du luxe), progrès culturels (essor des arts, des sciences) et progrès moraux ou politiques (moeurs plus douces, accès de tous aux connaissances, etc.). Si l'optimisme, soit l'espoir dans l'amélioration de la condition des humains, les mettait presque tous d'accord, du moins les liens entre ces différents progrès n'allaient-ils pas de soi parmi eux. Il n'était notamment pas évident que l'amélioration du sort du peuple dût passer par l'accroissement des relations commerciales et de la consommation de produits de luxe par ceux qui pouvaient se les offrir.

Tout est loin d'être atteint

On trouve dans ces débats la source de deux grands courants de la pensée politique moderne. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes