On croit rêver

On croit rêver

Du songe à la réalité il n'y a qu'un pas, que l'auteur des Malaussène s'empresse de franchir en les enchâssant l'une à l'autre.

Chaque nuit, nos esprits changent le monde en rêves. Et, parfois, ces rêves se copient, se commentent, s'enchâssent les uns dans les autres, de même que les livres d'un auteur reprennent des éléments du livre précédent. Ces curieux phénomènes ont inspiré à Daniel Pennac à la fois le thème et la forme de son dernier roman. Celui-ci commence par une scène d'onirisme catastrophique à grand spectacle : la description d'une inondation de lumière liquide qui perturbe et le trafic automobile et le petit garçon que l'écrivain était quand ce rêve lui vint. Cette relation fantastique en appelle une autre - et à ce stade le lecteur ne sait déjà plus sur quel versant de la réalité il se trouve. Rêve dans le rêve, fiction inscrite dans la vie, pièce de théâtre imaginaire, références continues à Fellini, explosion avérée de vidéoprojecteur... Le romancier a beau substituer les décors les uns aux autres, tirer la scène sous nos pieds à chaque chapitre , jamais on ne se sent perdu. Au contraire, on ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.