WUNDERKIND

WUNDERKIND

Nikolai Grozni, auteur de ce roman virtuose, a fait de son expérience de pianiste un terreau fertile. Dans la Bulgarie communiste, fin des années 1980, le conservatoire de Sofia pour enfants prodiges forme des robots à compétitionet des suicidés. « Leur enfance ayant été volée, ils entrent sur le champ de bataille de l'adolescence armés à la fois de l'amertume des prisonniers et de leurs rêves de gosses. » Celui qui ne se fond pas dans le moule risque fort d'être broyé par les rouages du conservatoire, dictature à l'intérieur de la dictature. Konstantin, le narrateur, est un enfant terrible, un insoumis doté d'un génie dévastateur. Lorsqu'il n'est pas sur son piano transporté hors de lui-même, il fume, boit, couche avec des filles, enfreint autant que possible le très strict règlement. Son père menace de le renier. Quant à ses professeurs, à qui il donne des noms d'animaux, tous éprouvent une vive animosité à son égard, sauf la mystérieuse « coccinelle » qui croit en lui et se met e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon