Unhappy few

Unhappy few

La romancière raconte le destin tragique de Thomas, un jeune homme brillant, qui se vit comme un raté. De la khâgne aux États-Unis, au fil des « erreurs » professionnelles et amoureuses du personnage, on découvre l'envers de l'élitisme.

Il était une fois un monde doré où l'on pense à l'École normale supérieure comme ailleurs on pense au paradis. Seule une centaine des esprits les plus brillants était recrutée chaque année pour y étudier, rémunérée correctement par l'État. Une fois passé le concours de l'agrégation - qui attribue un poste de professeur à vie dans les meilleures écoles françaises -, la gloire était promise à ces étudiants. Ils allaient suivre les traces de Jean-Paul Sartre et de Michel Foucault, publier des livres et rayonner dans le monde. « Vous qui êtes l'élite de la France », leur dit-on. Ce conte de fées est celui dans lequel ont baigné Catherine Cusset et ses amis, mais l'un d'eux, Thomas, a chuté. La romancière, née en 1963, a connu ce parcours exemplaire : normalienne, agrégée de lettres classiques, elle a enseigné douze ans à Yale, aux États-Unis. « C'est ça mon CV », dit-elle. L'Autre qu'on adorait rend hommage à un ami qui s'est suicidé à 39 ans, dans une petite université américa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon