Un Allemand hors cadre

Un Allemand hors cadre

Sous le nazisme, Ernst von Salomon ne fut pas militant mais conciliant. Après la guerre, il doit remplir un questionnaire standard des Américains : ses réponses nourriront le premier best-seller ouest-allemand.

On aimerait ranger Ernst von Salomon parmi ceux qu'on adore détester, mais l'exercice est plus difficile qu'il n'y paraît. Ce n'est pas que l'écrivain prussien, né à Kiel en 1902 et mort à Winsen près de Hambourg en 1972, n'y a pas mis du sien. Membre des Freikorps (« Corps francs »), une nébuleuse d'extrême droite née de la défaite de 1918, il a combattu les spartakistes et autres rouges polonais en Haute-Silésie, a pris une part active à la tentative de putsch de Kapp en 1920, et, deux ans plus tard, dans l'assassinat du brillantissime ministre juif des Affaires étrangères de la république de Weimar, Walther Rathenau. Si Ernst von Salomon n'a jamais adhéré au NSDAP, son action de propagandiste lors de la révolte des paysans du Schleswig-Holstein ruinés par la crise de 1929 a servi à parachever la décomposition de Weimar et l'avènement du national-socialisme. Bien que ne montrant aucune sympathie pour Hitler, il se tint à l'écart de toute vie politique pendant les première ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine