Taro, l'alter ego de Capa

Taro, l'alter ego de Capa

Par François Maspero, le portrait d'une femme libre qui joua à jeu égal avec le photographe.

Elle mourut en juillet 1937, à 27 ans, écrasée par un char soviétique conduit par ses camarades républicains avec qui elle fuyait Brunete sous les tirs de l'aviation franquiste. Eut sa tombe sculptée par Giacometti (1) et un enterrement où, selon Aragon, « toutes les fleurs du monde s'étaient donné rendez-vous ». Fut bientôt repeinte en « Jeanne d'Arc du communisme », elle qui ne s'était jamais encartée nulle part. Est décrite se promenant en tenue légère dans les tranchées républicaines pour remonter le moral des troupes - cliché machiste signé Hemingway. Enfin, elle devint une ombre dans l'ombre du grand Robert Capa, son amant inconsolable. En 2005, François Maspero - éditeur, libraire, écrivain, légende - saluait par un hommage biographique la photographe Gerda Taro, première femme reporter de guerre. « Une femme dont je serais tombé amoureux, et qui m'aurait fait beaucoup souffrir », nous avait dit alors l'auteur. Qui n'avait pas besoin de se forcer pour rendre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine