MIKAËL

MIKAËL

Paris, fin du XIXe siècle. Le peintre Claude Zoret entretient avec Mikaël, son jeune disciple, un amour qui rappelle les relations maître-élève de l'Antiquité. Mais la princesse russe Lucia Zamikov arrache Mikaël à son maître et le pousse à le voler pour subvenir à ses besoins princiers, laissant le vieil homme dans une douleur sourde. On pense au lien destructeur qui unissait Oscar Wilde et le jeune Alfred Douglas, cet « amour qui ne dit pas son nom ». En effet, l'homosexualité n'est qu'insinuée dans Mikaël. Un massage de pied en est la manifestation la plus explicite. Le reste n'est que peinture écrite.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon