L'ours et la poupée

L'ours et la poupée

En à peine plus de cent pages, le saisissant portrait d'une passion amoureuse.

Déjà lauréate de plusieurs prix pour son roman Buvard, Julia Kerninon confirme sa force. Comment une si jeune femme peut-elle avoir une telle expérience de l'amour, une telle maîtrise de la langue, du récit, des personnages ? Sans doute faut-il admettre qu'il existe des surdoués de l'écriture comme des mathématiques ou de la musique. De musique, il est question, justement, dans Le Dernier Amour d'Attila Kiss, en la personne de l'héroïne, Theodora Babbenberg, au prénom d'impératrice, fille d'un ténor mondialement célèbre. Cette riche héritière viennoise, âgée de 25 ans, semble réunir tous les dons. Son assurance est celle d'une enfant impétueuse et confiante, allant droit à ses désirs, sans doute parce qu'ils ont toujours été comblés, sauf un : l'essentiel besoin d'amour. Ainsi, dès le prologue, dès la première phrase, le lecteur est-il sous le charme : « Au début, il la vit comme une Apache à la peau claire, mi-conquérante, mi-fugitive, parce qu'elle était venue s' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine