Janvier, à mots comptés

Janvier, à mots comptés

Les deux derniers éclats d'une voix qui vient de s'éteindre - et ne s'enivrait jamais de sa propre virtuosité.

La recherche du singulier sous la banalité des jours, la destruction de la comédie, le refus de l'artifice, le commerce subtil avec le monde, la morgue de ceux qui ne composent avec rien ni personne : Ludovic Janvier appartenait à une famille de vandales, de Georges Perros à Philippe Jaccottet, d'Éric Holder à Jean-Claude Pirotte, cette tribu de chameaux qui a toujours tourné le dos aux apparences, aux écoles, aux dogmes, aux ventes, et préféré le tuteurage des tomates aux courbettes salonnardes. « L'effacement soit leur façon de resplendir », selon le voeu de Jaccottet. Un effacement qui est paradoxalement le sujet d'Apparitions, ultime recueil de « brèves », au titre pour le moins inadéquat. D'abord parce que ce volume signale la disparition, au début de l'année, à 82 ans, de l'auteur des Confessions d'un bâtard du siècle (Fayard, 2012). Aussi parce qu'il accentue la position de repli social que cet exégète, traducteur et ami de Samuel Beckett, a adoptée au fil d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine