En plein dans le mille

En plein dans le mille

La millième livraison de la collection « Rivages/Noir » est un excellent premier roman américain.

Pour fêter les 30 ans de « Rivages/Noir » (1), miroir de ses goûts criminels éclectiques, l'éditeur François Guérif a réservé un soin particulier à la préparation du no 1000 de sa collection de poche. Comment élire le roman ainsi consacré ? Pas facile quand on dispose, dans sa bande, de plus de 300 plumes assassines, parmi lesquelles des auteurs du calibre de James Ellroy, Tony Hillerman, Edward Bunker... Finalement, c'est un jeune inconnu américain, William Boyle, qui a eu sa préférence. Son premier roman, le noir et new-yorkais Gravesend, sera donc mis en lumière. Le texte méritait cet honneur : c'est un excellent roman, original et touchant, et, ce qui n'est pas contradictoire, c'est un roman noir classique, qui commence dans une certaine légèreté pour s'achever en jeu de massacre.

Le début pourrait s'intituler « La vengeance d'un nul ». Conway D'Innocenzio, raté emblématique et bientôt trentenaire, veut tuer Ray Calabrese, l'ex-beau garçon du ly ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine