Constantinople, une chute fondatrice et diffractée

Constantinople, une chute fondatrice et diffractée

29 mai 1453 : Constantinople, future Istanbul, tombe aux mains de l'armée ottomane. Cet événement décisif pour l'Europe est ici relaté à travers des archives en tout genre et toute langue.

La galère a mis la voile vers l'île de Chio. Une fois brisée la chaîne qui entravait le port de la Corne d'Or, elle a pu quitter Constantinople livrée aux massacres et aux pillages des armées ottomanes. À son bord ont trouvé refuge quelques défenseurs de la ville. Ils sont vénitiens, génois ou candiotes, et certains, blessés, meurent à bord. Ainsi Antonella da Siracusa, deux jours après ce terrible mardi 29 mai 1453 où, à l'aube, fut donné l'assaut. Nous sommes le 31 mai, « entre l'île de Marmara et Gallipoli », et un notaire de Péra du nom de Lorenzo Calvi ouvre sa malle pour instrumenter son inventaire après décès. Il y trouve notamment « un poignard ou dague, une paire de bottes », mais aussi « un luth à sonner, un chapeau de soie, quelques aiguilles dans un noeud, des braies dont six sont complètes et quinze pas encore terminées ». C'est donc que le capitaine ne dédaignait pas, à ses heures perdues, s'adonner à des travaux de couture.

Préférez-vous l'histoire à grand spec ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes