Au sortir de l'horreur, complainte de la plus haute tour

Au sortir de l'horreur, complainte de la plus haute tour

Simon, devenu un architecte fameux à New York, est le survivant d'une famille juive décimée durant la Seconde Guerre. Parvenu au sommet, le bâtisseur revient sur les ruines et fantômes qui le hantent.

Les Mandel habitaient à Paris, près du Bon Marché, au quatrième étage d'un bel immeuble du 7e arrondissement. Marguerite, la mère, était professeur de français et d'allemand ; parfois, le soir, elle se mettait au piano. Le père, Henri Mandel, un démocrate qui aimait se définir comme un pur produit de la IIIe République radicale-socialiste, revendiquait sa laïcité, il aimait la France, avait confiance en elle. Ils avaient quatre enfants, Madeleine, Lucien, Simon et le petit dernier, Élie. Ils allaient en vacances à La Baule ou au Touquet, ils jouaient au tennis, faisaient du ski, bref, ils formaient une famille joyeuse et soudée, engagée dans des valeurs humanistes, laïques et républicaines, une famille française. Puis, l'horreur des arrestations, des camps, de l'extermination. La famille est décimée. Seuls Simon et le petit Élie vont survivre. Simon est le troisième enfant de la fratrie, on le suivra dans sa traversée infernale de ces années de guerre, on le suivra depuis l'âge de 1 ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes