À conte d'éditeur

À conte d'éditeur

L'éditeur new-yorkais Jonathan Galassi publie notamment Jonathan Franzen et Jeffrey Eugenides. Il signe lui-même un roman dont le héros est à l'évidence inspiré par son mentor, Roger Straus, éditeur légendaire des années 1950-1980. À travers lui, il s'agit d'évoquer un monde et un artisanat en voie de disparition outre-Atlantique.

Roger Straus gare sa Mercedes décapotable devant le 19, Union Square West et allume un cigare. Il porte une veste en cachemire, un foulard en soie assorti à ses chaussettes couleur lilas. Ses boutons de manchette étincellent dans la lumière matinale. Comme Bénia Krik, le « roi des voleurs » d'Odessa inventé jadis par Isaac Babel, il règne sur un milieu turbulent que fascinent son audace, ses coups de gueule et son énergie : l'édition new-yorkaise. On est au début des années 1980. L'industrialisation de l'édition, métier resté longtemps artisanal, suit son cours. Par le jeu des fusions-acquisitions, des groupes puissants se constituent, avec pour principale ambition de dominer le marché. Hostile à ces grands groupes - « des vendeurs de spaghettis », dit-il - et aux agents littéraires qu'il traite volontiers de parasites, Roger Straus est cet homme à l'élégance tapageuse et à la pugnacité légendaire qui pratique son métier à la manière dont les Britanniques définissent le rugby : un s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon