Hobbes, dans les replis du Léviathan

Hobbes, dans les replis du Léviathan

Tour à tour présenté comme l'inventeur du contrat social et un chantre de l'absolutisme, le philosophe subtil et retors fait l'objet d'un essai.

Dans les manuels d'histoire de la philosophie, Thomas Hobbes (1588-1679) fait l'objet d'un traitement biaisé. On y célèbre certes en lui l'inventeur de la notion de « contrat » - que Rousseau, on le sait, reprendra, non sans la transformer. Ce contrat fonderait la société civile en extrayant les hommes de cet obscur « état de nature » où règne « la guerre de tous contre tous », pour leur assurer une existence apaisée sous l'ombre portée protectrice de l'État. En même temps, on présente régulièrement son ouvrage majeur, Léviathan (1651), comme une ode à la monarchie la plus absolue, voire, d'une façon anachronique, une prémonition des totalitarismes.

En reconstituant par petites touches la cohérence de l'entier système politique, épistémologique, anthropologique et théologique qui sous-tend son entreprise, Luc Foisneau, un de ses meilleurs spécialistes, remet d'aplomb la statue du grand philosophe politique anglais du XVIIe siècle. Son essai, Hobbes. La Vie inquiè ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon